Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

8 raisons pour lesquels Google TV ne sera pas utilisé.

Récemment, Google a annoncé sa volonté d’être présent sur les télévisions avec Google TV. Les informations sur le sujet sont encore assez restreintes mais les diverses orientations prises, laisse à penser qu’ils ne vont pas dans la bonne direction en terme d’usage et d’interface. En introduction, je vous présente quelques échecs et réussites sur la TV !

Petite histoire des échecs et des réussites sur la TV.

Trois projets, TAK (Thomson), Apple TV et Tivo, de l’échec et de la réussite, qui ont tous eu pour but de rendre la TV plus interactive et plus « personnalisé ». TAK à fait une brève apparition commerciale avant de disparaître, Apple TV reste un « hobby » pour Apple et Tivo est devenu un nom commun, aux Etats-unis pour désigner un magnétoscope numérique.

TAK par Thomson.

TAK, cette télévision interactive avait pour objectif de mettre internet (web et email) et des émissions interactives au milieu du salon. Après un lancement en fanfare fin 2000, le produit fait un flop commercial total. Les produits sont retirés de la vente et le projet abandonné assez rapidement.

Bien des choses peuvent être reprochées à ce produit, le plus évident c’est la non prise en compte des usages. Qui épluche ses emails au milieu du salon à la vue de tous ? Qui interagit avec une émission de télé ? Non, envoyer un SMS n’est pas une interaction !

Apple TV.

Apple TV est un média-center proposé par Apple depuis 4 ans. Il faut bien voir que c’est Apple sur la TV et non la TV d’Apple. Il n’y a donc aucune fonction liée à la télévision. Cela permet d’accéder aux contenus audiovisuels d’iTunes sur la télévision. Apple n’a pas communiqué sur le succès ou non de cet accessoire pour iTunes, mais le considère comme un « hobby ».

L’intérêt de l’Apple TV est de présenter des services centrés sur l’audiovisuel. Il s’intègre aussi dans la notion de « hub numérique » présenté depuis longtemps par Apple.

Tivo.

Tivo est un magnétoscope numérique associé à des services. Il a conquis les foyers américains et le terme « tivo » est passé dans le langage courant pour désigner le magnétoscope numérique. Tivo permet de programmer à distance ses enregistrements, de supprimer la pub, de retrouver tous les épisodes d’une série (Season Pass), etc…

La valeur ajoutée de Tivo en termes d’usages est énorme. Rien que la suppression des publicités (minimum 25 % du temps d’une émission aux USA) a fortement influencé les usages de la télévision. Même si les interfaces sont parfois un peu chargées, elles restent cohérentes. On est là au cœur des usages de la télévision avec un réel gain pour l’utilisateur.

Ces trois exemples montrent assez bien ce que peut donner un produit lié à la télévision.

Un petit aperçu des interfaces de Google TV

Quelques écrans trouver dans les divers présentations.

L'accueil de Google TV

Pour l’avoir testé auprès des utilisateurs, ce type d’écran, avec une double navigation, ne fonctionne pas. L’utilisateur ne sait pas comment passer du menu de gauche à la zone de droite et vis-versa. Vous remarquerez, au passage, la taille des caractères  qui est probablement trop petite.

La recherche sur Google TV

Quatre résultats pour « Lost » ? Puis après il faut faire « More results » où 42 résultats seront présentés, à 10 lignes par écran cela fait juste 4 écrans.

Catalogue de VOD, Google TV

Vous remarquerez que sous aucune des vidéos ou rubrique, le titre n’est affiché en entier.

Les 8 raisons pour lesquels Google TV ne sera pas utilisé.

Je pense que des freins importants vont réduire l’adoption de Google TV. J’en propose ici 8 sur la base de ce que l’on peut trouver comme information sur Google.

  • Matériel, installation : Google Tv prendra la forme soit d’un boîtier (Logitech), soit sera intégré dans une télévision (Sony). Dans le cas l’intégration, il ne devrait pas y avoir trop de soucis, on est sur le modèle des TV connectés. Par contre, le boîtier supplémentaire me parait un mauvais choix, il faudra le payer (400 $), et le brancher sur la télé, la Box TV et le réseau…
  • Un système ouvert avec plein d’application ? Oui, c’est bien pour les Geeks et les Vulcains, ils pourront mettre plein de bidules sur leur télé et frimer en public devant leurs amis. Sinon, l’humain moyen devant sa télévision, il est assez passif. Il voudrait juste regarder une vidéo, une émission qu’il a enregistrée et deux trois services qui tournent autour de contenus audiovisuels, des infos, de la météo… Pour les usages plus compliqués, consulter le web, lire ses emails, Facebook, l’ordinateur est parfaitement adapté.
  • Des interfaces hétérogènes : C’est le corollaire du point précédent. Dans un système ouvert, il est probable que les différentes applications soient justement différentes en termes d’IHM ! Vous me direz que ce n’est pas bien grave. Sur un téléphone, ou un PC on peut effectivement accepter une certaine souplesse, mais sur la télévision la sanction est immédiate. Regarder une émission est bien plus relaxant que d’essayer de se dépatouiller avec un service.
  • La recherche ? Pour trouver quoi ? Une recherche à la Google n’est absolument pas adaptée sur la télévision. Saisissez simplement « Lost » sur Allociné : 139 Films, 13 séries TV (je vous épargne les épisodes), 15 vidéos, 837 photos, 366 news… Mais je pense qu’un dessin de Martin Vidberg serait plus parlant :

La recherche sur Google TV, vue d'artiste !

  • Usage collectif : La télévision est objet dont l’usage est éminemment collectif. Il est alors difficile pour une personne dans le foyer de s’en approprier l’usage et de la personnaliser à son goût. De même, les réseaux sociaux (Facebook & co), les emails et autres ne seront pas utilisés sur la télévision aux vues de tous.
  • La saisie de texte : C’est un problème récurrent sur la télévision, il est très fastidieux de saisir du texte avec une télécommande. Proposer un clavier n’est pas une solution, ce n’est pas allongé dans son divan que l’on va l’utiliser pour saisir trois mots dans un champ de recherche.
  • Le web sur la TV : Vous avez déjà essayé le Wap ? Ou simplement le web sur un téléphone mobile (hors iPhone et autres smartphones) ? Porter un site web sur la Tv, c’est approximativement la même chose. Il faut naviguer de liens en liens, inclure la navigation dans l’écran avec des flèches à sélectionnées, etc… Ou développer des scripts pour créer un fonctionnement spécifique.
  • La pub ? Et oui Google n’est pas une œuvre de charité. Il va bien falloir financer cela d’une manière ou d’une autre. Donc inévitablement au jour ou l’autre une forme de publicité va apparaître ? Laquelle ? Un « préroll » (publicité au début d’une vidéo) sur vos enregistrements ?

Je crains malheureusement que Google soit en train de refaire les erreurs que d’autres ont faites avant lui. Pour l’instant, ce que présente Google TV est trop complexe pour un usage grand public. Ça satisfera sans doute un petit groupe de technophiles mais sans plus.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

3 commentaires Ecrire un commentaire

  1. Merci pour cet article, au demeurait intéressant. Je trouve que vous faites un bien mauvais procès aux télés TAK de Thomson. Il se trouve que mes parents (âgés à l’époque de 52 et 55 ans) en avaient acheté une à l’époque, et ils ont beaucoup regretté lorsque TAK a mis la clé sous la porte. Nous n’en avons pas parlé depuis longtemps, mais je me souviens les avoir entendu se plaindre de n’avoir jamais retrouvé la simplicité qu’offrait TAK.
    Si le choix des services d’information du portail était un peu limité à mon sens (mais était-il possible de faire mieux à l’époque ?) et l’affichage des sites internet assez délicat à manipuler (mais au fond pas tellement plus qu’avec un smartphone non tactile actuel !?), je trouve que TAK témoignait d’un impressionnant effort de simplicité : mes parents, résistants à l’informatique, avaient réussi à réaliser l’installation par eux-mêmes, et ce sans assistance. Chose inédite depuis avec d’autres systèmes comparables.
    Ils avaient pris en main sans problème le navigateur internet et appréciaient énormément de consulter leur mail et d’en envoyer avec leur clavier sans fil. Vous vous demandez qui envoie des mails au milieu de son salon ? Ca me paraît pourtant évident : n’importe qui, à condition qu’on lui fournisse un système suffisamment simple pour le faire. Les mails familiaux n’ont rien de très confidentiel, de toute façon, et il était au contraire très convivial de regarder les photos reçues en pièce jointe en étant confortablement assis en famille dans le canapé. A quel « usage » vous référez-vous ?
    Vous vous demandez également « qui interagit avec une émission de TV ». Personne : c’est impossible. Sauf avec Tak, qui proposait des compléments d’infos par rapport à l’émission en cours, et surtout permettait de participer à des jeux de quiz. Je crois qu’on pouvait interagir avec des émissions de tv-réalité qui n’intéressaient pas trop mes parents, mais je me souviens par contre de séances endiablées sur un jeu de quiz qui passait sur France 5, et sur lequel nous pouvions répondre en sélectionnant la bonne réponse à l’écran avec la télécommande. Les réponses étaient envoyées à la fin de l’émission pour participer à un concours. Mes parents n’ont jamais rien gagné, mais le plaisir était là ! En quoi les interactions proposées par Tak étaient plus idiotes que les méthodes actuelles, qui nécessitent d’envoyer un SMS surtaxé, sur un téléphone portable qu’on n’a pas nécessairement sous la main ?

    Mes parents ont aujourd’hui la tv d’Orange. Que dire? Malgré des explications de ma part, ils n’ont jamais réussi à l’utiliser correctement, et se contentent de zapper comme ils le feraient avec un décodeur TNT, avec P+, P- et les chiffres de la zapette, craignant de se retrouver aux prises avec un des bizarres menus dont Orange a le secret. La simplicité, chez eux, on ne connaît pas : 10 ans plus tard, j’ai l’impression qu’on est revenus en arrière.

    Plus généralement, sur quoi vous basez-vous pour critiquer les différents systèmes que vous évoquez ? Les avez-vous seulement utilisés ? La critique est facile, mais l’art est difficile, dit-on ?

    Je vous prie de m’excuser de la teneur de plus en plus véhémente de mon commentaire, mais je dois dire qu’au fur et à mesure que je le rédigeais, les souvenirs de mes parents utilisant leur tv Tak me revenaient et l’injustice de votre appréciation m’apparaissait plus criante.

    Cordialement…

    Répondre

    • Je vous remercies déjà pour ce long commentaire !

      Concernant TAK, un outil peut être simple à utilisé en terme d’interaction, mais ne pas être utile. La comparaison vous faites avec le téléphone mobile est assez juste. C’est un niveau d’interaction assez semblable. Les usages autour de la TV sont collectifs. Vous les citez vous-même : jouer, regarder les photos, etc…

      Pour ce qui est des références utilisées pour cet articles, vous pouvez regardez ce que j’ai déja publié sur les usages de la TV et plus globalement dans la catégorie concevoir pour la TV. Vous verrez que je fait aussi un peu de conception…

      Pour ce qui est de la TV d’orange… Il faut savoir que la difficulté majeure, c’est de faire en sorte que ce qui est conçu à l’origine ne soit pas dénaturé par le marketing, la hiérarchie, la technique, les achats,…, avant d’arriver en production chez le client.

  2. Bonjour,

    Je pense que ces critiques de ce type de systèmes sont très pertinentes. On sent une expérience personnelle ;) sur le sujet (vous avez dit TV Orange ?) !
    Le point majeur en effet reste que la TV appartient à la sphère familiale : elle appartient à toute la maisonnée. Alors que les services que les opérateurs tentent de greffer dessus (tweet, sms, messagerie…) appartiennent majoritairement à la sphère privée.

    Répondre

Laisser un commentaire