Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Vers une WIMPisation du Web ?

J’avais évoqué brièvement la « WIMPisation » dans un billet concernant les usages du web. J’entends par là, le portage sur une interface WIMP d’un service initialement conçu pour le web.

La Webisation.

Quand j’ai commencé à travailler en 1998, la tendance c’était de passer toutes les applications, notamment professionnelles, d’une interface WIMP (Windows, Mac OS) à une interface Web. Cela se faisait non sans mal, avec des problèmes de performance et la nécessité d’utiliser Java.

La tendance s’est largement poursuivie par la suite avec des solutions comme SAP. L’apparition de services purement sur le web c’est multiplié pour toutes sortes d’activités. Au début, pour publier des textes sur internet, il était nécessaire d’utiliser un logiciel comme Dreamweaver, pour faire les pages HTML et les mettre en ligne. Maintenant en 3 clics dans WordPress, c’est fait avec tous ce qui va bien : RSS, twitter, indexation, liens…

Les services Web ont divers avantages, mais ils ont aussi des inconvénients pour l’utilisateur, notamment :

  • Les temps de réponses, ils sont bien supérieurs sur un réseau (à quelques rares exceptions) que sur un PC (Personnal Computer). L’utilisateur attend donc la réponse après chacune de ces demandes au lieu d’avoir une interaction fluide.
  • L’interaction est réduite car elle est contenue dans un navigateur. Donc actions simples sur un PC comme la multi-sélection, le copier-coller, deviennent complexes sur le web.

La WIMPisation ?

On constate maintenant que le mouvement va dans le sens inverse, vers une « WIMPisation » (versus « Webisation ») des services Web.

  • Sur l’iPhone, on trouve une apps pour Facebook, une pour Twitter, une pour chaque journal, une pour WordPress, etc…
  • Twitter propose une architecture ouverte qui permet de publier facilement à partir d’applications. Et si vous regardez l’origine des tweetts, pour beaucoup c’est à partir d’une de ces applications.
  • Les services de gestions de photos proposent souvent une application notamment pour la création de livres ou d’albums, qui est un enfer à réaliser sur une interface web.

Cette tendance est flagrante sur l’iPhone. Elle devrait se poursuivre avec l’iPad, s’il connaît le succès qu’on lui prédit. Sur les PC, la tendance est moins évidente, mais par exemple Chrome OS à pour but de présenter des applications web comme des applications WIMP en supprimant l’environnement du navigateur. Les travaux publiés sur cet OS ne sont pas encore assez avancés pour avoir une idée précise du résultat en terme d’ergonomie.

menu "démarrer" de ChromeOS.

Après le portage du Web vers le WIMP peut être plus ou moins heureux. Beaucoup de concepteurs ou développeurs sont fortement imprégnés de la culture des interfaces web. Il leur est alors difficile de produire des IHM sur des bases différentes qui ne leur sont pas toujours familières.

L’utilisateur gagnera en confort d’utilisation sur ces services, sachant qu’une interface WIMP n’exclut pas d’avoir une interface Web en complément.

Quelques exemples WIMPisation réussis sur l’iPhone :

Le Monde, sans doute le portage le plus respectueux du guidelines de l’iPhone pour un journal.

Le monde sur iPhone

Twitter, pour rester vivant sur Internet à tout moment !

Twitterrific

Se loger, l’application est plus simple à utiliser que le service sur le web. Autant le site est un peu fouillis, autant l’apps est claire. En plus, il n’y a pas de pub !

Seloger.com sur iPhone.

Bon, ce n’est pas tout, l’iPad est en précommande sur l’Apple store US !

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

Ecrire un commentaire

Les champs obligatoires sont signalés * markiert.


fe84db69d5b8c0ce0496fc9cbc504b9c???????????????????????????