Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Bonne année l’URSSAF, le RSI et la CIPAV !

J’hésitais avec un titre plus accrocheur du type :

« Urssaf, t’as pas de taf, tu payes quand même ! »

« Cipav, t’es juste bon à payer pour les épaves »

Voila entre Noël et le jour de l’an, j’ai reçu ces trois petits courriers d’appel à cotisation. Ça fait toujours plaisirs, dans mon cas il y en a pour plus de 12 000 €.

Courriers d'appel à cotisation.

Courriers d’appel à cotisation.

Rien de nouveaux sous le soleil, mais toujours la même aberration. Les cotisations sont prévues en fonction de ce que l’on a gagné sur l’année N-2. Vous allez me dire : « il suffit de provisionner ? », bah non parce que l’on paye pour l’année en cours sur la base de N-2. Donc N-2 est déjà payé et régularisé à la fin de N-1.

Vous n’avez rien compris ? C’est normal, j’ai mis deux ans à comprendre. Je vais donc payer des cotisations sur des revenues que je n’ai pas encore et je ne suis pas sur du tout d’avoir. Cela à bien sûr des effets désastreux quand votre chiffre d’affaires varie de plus 10 % ou 20 % d’une année sur l’autre. Je vous passe aussi les détails, comme le fait qu’une grande partie des cotisations que je paye, est soumise à l’impôt sur le revenu. Pour infos, il existe des associations de gestions agréées qui vous forment à ces subtilités fiscales !

La solution est pourtant simple, c’est d’appliquer le même principe que celui des autoentrepreneurs, payer les cotisations sociales en même temps que la TVA tous les mois ou tous les trimestres.

Je pense qu’il va falloir créer le mouvement des éperviers, ces oiseaux qui ont la capacité de voler en faisant du sur places et qui sont incroyablement agiles pour survivre.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

3 commentaires Ecrire un commentaire

  1. Oui j’ai un peu le même problème ca fait trois ans.. et je sais toujours pas combien il me reste vraiment à la fin du mois.. alors oui je provisionne je provisionne mais j’ai l’impression que ca suffit jamais… pourquoi il ne prélève pas comme les auto-entrepreneurs je me le demande!!

    Répondre

  2. Cipav, Urssaf AF, RSI je connais aussi.
    Depuis 26 ans, spécialisé dans les prof libérales du secteur médical. Bientôt la retraite Cipav, bonjour les épaves (pas sympa ce que tu dis simplement pour faire un bon mot)
    Petits désaccords :
    – c’est vrai que l’on paie par avance sur des revenus que l’on n’a pas encore, mais que l’on a eu l’année N-1 et l’année N-2, et que l’on peut encore avoir en année N. Et si on ne les a pas en année N, l’Urssaf recalcule les cotis en fonction du bnc N-1 et ajustera en fin 2013 sur les revenus 2012. Idem pour le Rsi, un peu différent pour la Cipav
    – à propos de Cipav : caisse de retraite pas mauvaise du tout, mon conseil : cotisez à la tranche immédiatement supérieure à votre bnc, vous en verrez le bon résultat à votre départ en retraite
    – les charges sociales sont des frais professionnels, il n’y a donc pas d’impôt dessus, mais elles entrent dans la base de calcul des cotisations sociales, tout comme les salariés paient des cotisations sur leur salaire brut et non sur le net fiscal
    – les libéraux ne peuvent raisonner comme des salariés où il n’y a pas de surprise sur le net à payer, il faut provisionner, économiser, thésauriser pour les années difficiles, vivre en dessous de ses revenus réels. Ceux qui ne peuvent pas s’habituer à ça doivent d’urgence retourner vers le salariat, avenir difficile assuré.
    Bon dimanche quand même, à ta dispo si besoin.

    Répondre

    • Le secteur médicale est sans doute un peu différent de mon secteur. Je fonctionne par contrats, et non avec une « masse » de patients, donc mon chiffre d’affaire peux fortement varier du simple au double. L’effet de levier sur certaines années est donc important, quand on cumule l’effet des charges, et des impôts. Faites par exemple le calcul avec des années à 50k€, 75k€, 100k€, 75k€, 50k€ de CA.

      Le problème n’est pas de payer des charges sociales, mais bien de faire banquier pour ces organismes sur plusieurs années et à l’avance. Dans une certaine mesure, ça m’empêche d’évoluer vers d’autres choses, d’autres modèles d’intervention ou de prendre 6 mois pour me former à autre chose.

      Et si il y a bien une part non-déductible des charges sociales qui est réintégré et qui est imposable sur le revenu.

      Pour ce qui est de la retraite, je dois dire le système de point de la Cipav est sans doute le moins pire. Mais ma future potentielle retraite, commencera par l’achat d’un logement… Ce qui tiens de la gageure actuellement, en région parisienne, pour un freelance !

Laisser un commentaire

d651b00ab9b274edfb5eb4cfd952552efffffffffff