Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

J’irai vous noyer sous la ligne de flottaison.

Oui, la ligne flottaison, pour certaines populations barbares, c’est la fin du monde, mais nul ne sait où elle se situe vraiment. Ces barbares vivent sur un monde plat, peuplé d’êtres sans doigts mobiles, où les croyances sont plus fortes que les connaissances.

« Le monde est plat, c’est évident, il suffit de regarder par la fenêtre »
C. B.

Dans ce monde, toutes informations sous la ligne flottaison sont perdues pour l’éternité, damnée jusqu’à la fin de la page. Mais bien sûr personnes n’a jamais vu la fin du monde, ni la ligne flottaison, encore moins le pied de page. Du moins ils ne sont pas revenus pour en parler.

Les utilisateurs sont visiblement des amphibiens ou des cétacés.

Sauf que voilà, c’est assez, (désolé, j’en vis bien) les utilisateurs passent plus de temps sous la ligne de flottaison qu’au dessus. C’est ce que montrent deux statistiques proposer par Chartbeat, un service de statistiques sur le Web.

Temps de visualisation

Temps de visualisation

L’utilisateur passe plus de temps sur le cœur de page que sur l’en-tête.

Pourcentage d'utilisateurs

Pourcentage d’utilisateurs voyant la partie de l’écran.

Il n’attend pas la fin du chargement pour commencer à descendre dans la page.

Il faut prendre en compte aussi que ces mesures sont faites par un outil qui va prendre en compte que le déplacement de la page et non l’activité réelle de l’utilisateur. Donc l’utilisateur peut rester sur le cœur de page car il y trouve un contenu intéressant ou parce qu’au contraire, il le cherche (ou qu’il est allé prendre un café).

Toujours est-il, le prochain barbare qui me parle de ligne de flottaisons, je lui attache ces graphiques aux pieds et hop,… , ça me rappelle quelque chose.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

6 commentaires Ecrire un commentaire

  1. C’est fou comme certaines croyances on la peau dure… Elles peuvent même résister aux études et aux faits. Pourtant, si il y a bien un espace/temps où rien n’est plus stable que son instabilité et son impermanence, c’est bien sur le web !

    Répondre

  2. On commence à voir une évolution des mentalités ; il suffit de regarder les nouveaux templates WordPresse en HTML5 où la navigation se fait par le scroll essentiellement.

    Répondre

  3. C’est l’histoire de la poule et l’oeuf, non ? Oui l’utilisateur utilise le scroll mais est-ce pour autant nécessaire de positionner des en-têtes qui font la moitié de la surface utile avec des informations redondantes sur l’ensemble des pages car il faut une structure homogène… L’utilisateur est alors obligé d’aller sous la ligne de flotaison pour trouver l’information nécessaire.. Si cela est efficace, est ce efficient et les utilisateurs sont-ils satisfaits de devoir scroller ? Bien entendu à chaque site son contexte, son mode de présentation et navigation!! Comme on dit « quand on a qu’un marteau tous les problèmes deviennent des clous »

    Répondre

    • Tout à fait d’accord sur ce point.

      Par ailleurs super article, merci

  4. Des chiffres et une démonstration intéressante pour dézinguer un autre mythe du web. Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

7b1b7bb87c46ae562179f91afcdcaed0XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX