Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Lettre ouverte à Flupa

[Màj du 5 janvier] L’AG a été reportée au 12 janvier dans de meilleurs conditions. Une proposition de statuts pour une gouvernance éthique est en cours là.

À vous membres de Flupa,

J’aurais aimé commencer l’année sous de meilleurs auspices, mais bien malgré moi, je vais devoir vous conter la triste histoire de Flupa.

Afin de comprendre la suite, Flupa est composé d’un conseil (Katia Cadet, présidente ; Joffrey Mougel, vice-présidente ; Franck Ferront, trésorier ; Valériane Dusaucy, vice-trésorière ; Guillaume Gronier, secrétaire ; Nicolas Goyer, vice-secrétaire). Le comité/board est composé de 14 personnes dont les 6 du conseil.

Pour rappel, j’ai été président de Flupa de 2015 à juin 2016, puis vice-secrétaire jusqu’à en juin 2017 et membre du comité/board depuis. Lors de ma présidence, j’ai eu pour objectif de faire grandir Flupa tout en préservant l’énergie des bénévoles, donnant plus d’autonomie aux antennes, faisant grandir les UXdays, créant l’UXcamp dans une belle dynamique.

À partir du début de 2017, l’ambiance au sein de Flupa commença à se dégrader à cause d’un certain nombre d’errements lors de l’organisation des UXdays 2 017. Ces errements ont abouti à une première crise lorsque les données de l’ensemble des participants aux UXdays ont été transférées sans leur accord préalable sur une application tierce, contrairement à la législation en vigueur. Les décisions prises (suppressions des données) à ce moment-là n’ont pas été mises en œuvre en temps et en heure. Cela a déjà créer des remous lors de l’assemblée ordinaire du mois de juin.

Dans le courant de l’été, le conseil a décidé d’employer comme secrétaire une amie de Franck Ferront, de manière précaire et sans contrat. Après des échanges houleux où il a été nécessaire de rappeler le droit du travail et des contrats, un processus normal de contractualisation a été mis en place. Ce processus n’a pas abouti à ce jour.

En septembre, les organisateurs d’un événement tiers nous ont signalé que Franck Ferront contactait les principaux sponsors de Flupa au nom de l’événement, sans être mandaté pour. Sachant que cette liste de sponsors était jalousement gardée afin de ne pas compromettre le financement des événements Flupa.

Courant septembre, j’ai donc demandé des comptes au conseil, que des mesures soient prises, notamment à l’encontre de Franck, souvent à l’origine de ces problèmes. J’ai aussi demandé d’avoir accès à la comptabilité afin d’en vérifier son état, ce qui m’a été refusé sous le prétexte qu’un audit était envisagé. À ce jour, aucun audit n’est réalisé et l’opacité reste totale sur la comptabilité.

Mal m’en a pris. Aucunes mesures n’ont été prises pour éviter de futurs débordements, par contre, le 16 octobre, le conseil s’est réuni pour me « suspendre » (1) de Flupa, alors que dans le même temps j’avais décidé de réduire mon implication. Il est bien sûr plus simple de s’attaquer au lanceur d’alerte qu’aux causes. C’est assez classique comme fonctionnement dans une organisation mais ça ne l’excuse en rien. Le conseil, depuis trop longtemps, vit en vase clos et se protège au lieu de se réformer.

Cette décision n’a été portée à ma connaissance que le 24 décembre. Je vous laisse noter toute la délicatesse de cette date, le délai de 2 mois et le bon Noël que j’ai passé. Entre-temps, cela n’a empêché Katia Cadet de me solliciter pour animer l’UXcamp, pour gérer le site web et réfléchir aux futurs statuts de Flupa, alors qu’elle avait parfaitement connaissance de la procédure en cours.

Depuis octobre, les errements ont continué. Le budget prévisionnel des UXdays s’annonce probablement déficitaire, avec des choix hasardeux en l’absence de certaines informations et des votes en « urgence » le week-end empêchant certain d’y participer.

Dernier rebondissement en cours, depuis juin 2016, il a été décidé d’engager le transfert de Flupa du Luxembourg vers la France. Mais là soudainement il faut le faire en urgence. Une assemblée générale aura lieu le 4 janvier. Mais encore une fois on est dans l’improvisation pour les raisons suivantes :

  • Ce n’est pas une AG qu’il faut convoquer mais deux indépendantes. Une pour créer l’association française et une pour dissoudre l’association luxembourgeoise, car c’est deux structures juridiques différentes, dans deux pays. Ça n’empêche en rien de les faire le même jour et ça permettra de reporter celle de dissolution qui n’atteindra probablement pas le quorum.
  • Cette convocation n’a pas été envoyée à tous les membres tel que défini par l’article 31 (2) des statuts de Flupa. Par exemple, Clément, Raphaël (qui s’occupent de l’antenne Pays basque) et moi-même nous ne l’avons pas reçu et je sais que nous sommes pas les seuls. Ça me parait juste inimaginable qu’une telle convocation pour un événement clefs de la vie de l’association ne soit pas adressée aux membres qui participent activement à celle-ci.
  • Outre la convocation, il est d’usage de joindre à celle-ci les documents clefs pour les décisions à prendre, afin que chacun puisse en prendre connaissance avant l’AG :
    • Les statuts et le règlement intérieur de la nouvelle association.
    • Le bilan comptable à jour afin de connaître les engagements financiers en cours de l’association à dissoudre.
  • Enfin, on aurait voulu avoir le moins de monde possible à cet AG qu’on aurait pas trouver de meilleures dates, entre une convocation juste avant Noël et une AG pendant les vacances scolaires.
  • Point de détail : Il devrait aussi y avoir à l’ordre du jour la question de ma « suspension », mais non, certains ont visiblement peur que je pose des questions.

Bien sûr on retrouve là l’audacieux mélange d’incompétence, de laisser-aller obscure et de mauvaise foi sans cesse renouvelé qui font la marque du fonctionnement du conseil ces derniers temps.

Aujourd’hui, les membres du conseil y sont depuis plus de 4 ans, à l’exception de Nicolas. Cette absence de renouvellement à conduit à des dérives :

  • Une utilisation opportuniste de Flupa
  • Un manque de transparence dans les décisions et dans les transmissions des informations.
  • Des comportements autoritaires « faites ce que je dis, pas ce que je fais »
  • De la négligence dans la réalisation des tâches de bases associée à chacune des fonctions et le non-respect des statuts et des procédures.

Le constat est aussi d’un ralentissement de l’activité des antennes, sur les 16 groupes meetup existant, 5 sont sans activités, 2 ou 3 sont en « attentes », 8 ou 9 fonctionnent correctement. En centralisant les informations, les décisions, la conséquence directe est le désengagement des personnes bénévoles. Il n’est pas possible de gérer une association comme une entreprise dans les années soixante-dix.

La recréation de Flupa sous la forme d’une association française peut être l’opportunité à saisir pour évoluer vers une nouvelle gouvernance. Une gouvernance participative, transparente et éthique.

  • Participative : où chacun des membres de Flupa peut prendre part aux décisions sur la base du consensus, aux projets qui l’intéresse et bien sûr les mettre en œuvre par la suite, cela sans niveau hiérarchique.
  • Transparente : À tout moment les membres peuvent accéder à l’ensemble des informations et des décisions. L’association rend compte publiquement de ses actions très régulièrement.
  • Éthique : Flupa est une organisation de professionnels dont le travail est centré sur l’humain. Elle ne doit pas se contenter de respecter la loi, elle doit être exemplaire en termes d’éthique. De nombreuses organisations se dotent d’un comité éthique et d’une charte sur le sujet.

Pour arriver à ce type de fonctionnement, il est bien sûr nécessairement de renouveler l’équipe d’animation de Flupa sans quoi on risque de retomber dans les anciens travers et d’oublier les bonnes résolutions.

Aujourd’hui, je ne sais quel sera mon avenir au sein de Flupa, mais cela a peu d’importance. Je souhaite surtout que Flupa puisse repartir sur de bonnes bases pour remplir ses missions (Créer un réseau de professionnels et Promouvoir la pratique de l’expérience utilisateur) dans des conditions pérennes et pour cela Flupa a besoin de ses membres afin de se reformer. Vous pouvez interpeller le conseil (conseil@flupa.eu ou sur slack slack.flupa.eu), le comité/board (ca@flupa.eu ou board@flupa.eu si un membre du conseil ne les a pas changé entre temps) , ou participer aux assemblées générales pour que cela prenne forme.

Je reste bien sur disponible pour en discuter avec ceux qui le souhaitent.

Bonne année 2018 !

PS : Les documents pour comprendre la situation : Les statuts, Les procédures, la lettre de suspension

(1) Art. 12 : L’exclusion d’un membre ne peut être prononcée que par l’Assemblée Générale à la majorité des deux tiers des voix présentes ou représentées. Elle sera prononcée à l’encontre de celui qui se sera rendu coupable d’infraction grave aux statuts ou aux lois de l’honneur, de la solidarité et de la bienséance ou si ses agissements compromettent les intérêts de l’UPA et/ou du Chapitre local « France – Luxembourg », ou ceux de ses membres. Dans pareil cas, le conseil (organe de gestion) du Chapitre local peut ordonner une mesure de suspension jusqu’à la décision de l’Assemblée Générale. La suspension et l’exclusion sont notifiées à l’intéressé par lettre recommandée à la poste.

(2) 13. COTISATIONS DES MEMBRES DU CHAPITRE LOCAL

Art. 31 : […]
Toutes formes de cotisation doivent être versées annuellement, à partir du 1er janvier de chaque année. Pour les renouvellements de cotisation, une période de grâce de deux mois est accordée. Si les cotisations ne sont pas versées au 1er mars de chaque année, le membre en question devient inéligible au sein du Chapitre local, ne peut plus voter ou participer aux activités du Chapitre local, jusqu’à ce que la/les cotisation(s) soit effectivement versée(s).

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

1 commentaire Ecrire un commentaire

  1. J’ai lu attentivement la lettre et je salut l’intention :

    Profiter de la transition de FLUPA en association française pour faire un bilan des erreurs et orienter l’association vers une démarche plus saine.

    En espérant que votre appel soit entendu et que vous soyez réintégré le plus rapidement si vous êtes victime d’une injustice.

    Répondre

Ecrire un commentaire

Les champs obligatoires sont signalés * markiert.


ba3eccf4187be7905893d70801e00ca4@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@