Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Compatibilité.

La compatibilité est un critère heuristique défini par Bastien et Scapin. C’est sans aucun doute un des critères les plus importants. Il pourtant souvent négligé voir méconnu.

Définition : Le critère Compatibilité se réfère à l’accord pouvant exister entre les caractéristiques des utilisateurs (mémoire, perceptions, anatomie, habitudes, compétences, âge, attentes, etc.) et des tâches, d’une part, et l’organisation des sorties, des entrées et du dialogue d’une application donnée, d’autre part. De plus, la Compatibilité concerne également le degré de similitude entre divers environnements ou applications.

Justification(s) :

  • Le transfert d’information d’un contexte à un autre est d’autant plus rapide et efficace que le volume d’information à recoder par l’utilisateur est réduit.
  • L’efficacité est accrue lorsque : les procédures nécessaires à l’accomplissement de la tâche sont compatibles avec les caractéristiques psychologiques et physiologiques des utilisateurs ; les procédures et les tâches sont organisées de manière à respecter les attentes, ou habitudes des utilisateurs; les traductions, les transpositions, les interprétations, ou références à la documentation sont minimisées.
  • Les performances sont meilleures lorsque l’information est présentée sous une forme directement utilisable.

Quelques exemples de compatibilité :

  • Les informations disposés à l’écran doivent tenir compte de la taille de celui-ci. Vous ne ferez pas la même interface pour un écran 4″ d’un téléphone ou pour une tablette de 10″.
  • Les fonctions proposées sur un support doivent tenir compte du contexte d’usage et des dispositions cognitives de l’utilisateur. Vous ne proposerez pas les même fonctions sur la télévision que sur un ordinateur pour un même service. Les fonctions demandant une interaction complexe seront réservées à l’ordinateur.

Ce critère est malheureusement souvent négligé car il nécessite une connaissance spécifique du facteur humain et une analyse de l’activité. A moins d’avoir eu une formation spécifique en ergonomie ou psychologie cognitive, ces deux champs de connaissances sont souvent ignorés.

Source : Critères Ergonomiques pour les Interactions Homme-Environnements Virtuels : définitions, justifications et exemples ; Cédric Bach Dominique L. Scapin :N° 5531, Mars 2005.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

Laisser un commentaire

9800e36f13335176684f6b811cb38161ttttttttttttttttttttttt