Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu
UX designers en co-concpetion

Organiser un UXCamp, quelle drôle d’idée ?

J’ai participé à l’organisation du premier UXCamp français avec Flupa et bien sûr à son déroulement. C’est un événement que nous souhaitions organiser depuis un moment, mais il fallait trouver le moment et créer une petite équipe motivée pour le réaliser.

Expliquer, expliquer,

La première difficulté a été d’expliquer le concept de l’UXCamp et son déroulement. Ça peut paraître évident quand on a déjà participé à ce type d’événement en « Forum ouvert » mais bien du monde ne comprend pas comment une conférence peut être intéressante sans un programme préétabli. Je ne suis pas trop étonné par ce genre de réaction, car je la retrouve dans d’autres situations. Le modèle dominant de l’organisation centralisée est trop présent pour que certains puissent accepter l’improvisation, l’aléatoire, le laisser faire. Oui, on a eu des réflexions du type « Pourquoi je me déplacerai à une conférence sans contenus ? ». Alors oui, participer à un UXCamp est un peu particulier. Certains participants étaient fatigués en fin de journée car on ne peut pas juste se poser dans un fauteuil et attendre que ça se passe. Dans un UXcamp, vous êtes nécessairement actif, il faut donner de votre personne. Mais ce sont les bonnes personnes qui sont là et donc il se passe ce qui peut se passer de mieux.

Ce qu’on a constaté c’est que ça marche ! Alors je ne sais pas si les UX designers de par leur métier et leur formation sont particulièrement aptes à proposer des sujets et à faire des ateliers, mais ça a fonctionné très bien. Au sein des organisateurs, nous avions un peu peur que le démarrage soit laborieux. Bien au contraire, les propositions ont été nombreuses dès le départ. Nous avons même poussé le vice jusqu’à laissez les participants organiser le planning de la journée. Après ça notre seul rôle a été de faire respecter les horaires et de garder un œil bien veillant sur les ateliers en cours.

Faire en sorte que ça se passe bien.

Quand on organise un événement, on a toujours à cœur que ça se passe bien. Plusieurs solutions pour cela, la première qui vient à l’esprit est de tout contrôler, la deuxième qui nous semble plus pertinente est de juste poser un cadre pour faire en sorte que ça se passe le mieux possible. Pour l’UXCamp, seul la deuxième solution est possible. Par contre, ça n’a rien d’évident de poser un cadre qui fonctionne. Là nous avons fait deux choses, que les personnes se parlent et fassent connaissance le plutôt possible et que des règles soient posées et respectées pour la journée. Dans notre cas nous avons choisi d’organiser la veille une soirée apéro et tapas avec une présentation inspirante afin que les participants se rencontrent et commencent à échanger. Et les règles sont celles des forums ouverts que nous avons présentés et répété. Nous les avons fait respecter aussi dans la mesure du possible sans être dans la contrainte. Cela a fonctionné, tant mieux, j’en suis presque étonné, c’est presque surprenant que le plan se soit déroulé comme prévu.

Mais pourquoi à Bordeaux ?

« Mais pour te faire sortir de Paris, gros nigauds. »

C’est une des remarques qu’on a eux aussi, pourquoi ne pas l’avoir fait sur Paris ? On aurait sans doute eu beaucoup plus de monde, assez facilement. Comme tous les événements Flupa sur Paris, ils sont remplis facilement en un temps record. Mais justement, nous n’aimons pas la facilité ! Je pense que les gens présents à Bordeaux étaient vraiment motivés pour venir et faire bien les choses. Je n’ai pas regardé dans le détail, mais au final au devait avoir un tiers de parisien, un tiers de « proche Bordeaux » et un tiers du reste de la France. Et donc, les personnes présentes étaient les bonnes personnes. Ça nous confirme dans ce choix de faire cet événement en dehors de Paris.

Au final

Alors c’est toujours un peu bizarre, quand vous organisez un événement, vous voyez tout mais vous n’avez pas vraiment le temps d’approfondir. C’est un peu différent dans le cas de l’UXCamp car il y a beaucoup de choses qui s’auto-organise et donc j’ai pu profiter un peu plus des différents ateliers, même si je gardais un œil sur l’heure. J’ai aussi pris le temps de faire des photos pour documenter tout cela, ça m’a permis d’avoir une idée des discussions dans chaque atelier, mais j’ai aussi vu que la règle des deux pieds n’était pas mise en œuvre. Certains participants n’ont pas osé partir de leur atelier de peur de gêner l’animateur de l’atelier. Avec plus de monde, il aurait été sans plus facile de l’appliquer.

Sinon

  • J’ai fait de jolies photos.
  • J’ai bien mangé.
  • J’ai rencontré du beau monde.
  • Je suis bien content d’avoir travaillé avec la petite équipe des organisateurs.
  • J’ai bu du bon vin et de la liqueur de thym.
  • Et je n’ai pas mangé de cannelés !
  • De … quoi ? De l’U et du X, heu
Guillaume en train de faire un atelier

Le Guillaume

The team Akaini

Tels des stars

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

Laisser un commentaire

f4164a8c22fc0123255e5c9f2713837a_________________