Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Un petit coup de Chrome OS !

Petit soucis de base de données, je dois republier, mais les commentaires ont disparu.

C’est toujours intéressant de regarder la genèse d’un OS, surtout que cela n’arrive pas tous les jours ! C’est un peu comme les volcans qui sortent de la mer.

Au sujet de Chrome OS.

Chrome OS est donc système exploitation conçut par Google, à destination des ordinateurs de type « netbook », c’est-à-dire connecté à Internet avec une faible puissance de traitement. Il sera aussi probablement destiné à une tablette multitouch, un potentiel « iPad killer »  (Oui, l’espoir fait vivre !) et d’autres support comme la télévision.

Cela nous donne la cible matérielle, mais pas nécessairement la cible « utilisateur ». Les netbooks peuvent être définis par leur usage : « is a small, low-cost, mobile computing device designed for consuming content, rather than creating new content. », donc en français, des petits ordinateurs pour consulter du contenu plus que pour en créer. C’est donc vers des usages simples que l’on se dirige.

L’interface de chrome OS.

Je vous propose un petit tour rapide de cette interface. Le but n’est pas d’être exhaustif, mais d’essayer de faire le tri entre :

  • Le standard.
  • Le déjà vu.
  • Les nouveautés.

Tout en sachant que l’ensemble de l’IHM tourne autour du navigateur Chrome et des applications en ligne Google et que c’est encore en évolution. Vous pouvez retrouver ces éléments sur le site du Chromium projects.

Le standard.

On retrouve bien sur des éléments standards des IHM. Il y a la panoplie classique des widgets.

Les widgets standards de Chrome OS.

Mais on observe aussi quelques éléments standards qui sortent un peu de leurs contextes, notamment les menus. Un menu unique par application se trouve propulsé au bout du champ de l’url.

Menu sous Chrome OS.

Cela pose la question de savoir si un service pour Chrome OS est un service web et une application classique. Comment intégrer un menu ou non dans le service ? Que mettre dans ce menu ?

Le déjà vu.

On retrouve aussi des éléments que l’on trouve déjà dans d’autres OS, comme le menu « démarrer » de Windows.

Menu application.

Le nouveau système de gestion des écrans multiples rappelle furieusement le coverflow présent depuis longtemps dans iTunes.

Mode coverflow de Chrome OS.

On note aussi la présence de nombreuses petites fenêtres correspondant à fenêtres d’état des diverses applications fonctionnant en tâche de fond. Il faut bien comprendre qu’il n’est toujours possible d’innover ou du moins de faire différents. Certaines solutions éprouvées deviennent incontournables.

Les nouveautés.

L’aspect le plus intéressant, je pense de Chrome OS est la plasticité de ses interfaces. Le but étant de permettre à cet OS de s’adapter à divers environnements matériels. C’est intégré dès les premières versions de l’OS. Par exemple, on peut passer de l’environnement classique à l’environnement multitouch. Des boutons plus gros apparaissent au-dessus des onglets facilitant la manipulation avec les doigts.

Chrome OS, mode classique.

Chrome OS mode multitouch.

Il est aussi prévu de modifier la taille de l’interface et en particulier des textes en fonction de la résolution de l’écran. C’est intéressant car ce n’est pas absolument pas prévu dans les autres OS. Un démonstrateur permet de comprendre cela.

En fin de compte ?

Pour l’instant, Chrome OS semble encore à mis chemin dans sa conception. Il y a d’excellentes idées comme la gestion de la résolution, mais il n’y a pas vraiment de parti pris en termes d’usage et d’ergonomie. On note, par exemple, la présence d’un gestionnaire de fichiers alors que toutes les données devraient être stockées en réseau sur Internet et gérées par les services. Ou encore la présence d’un menu pour chaque service,qui nous laisse hésiter entre le web et le WIMP.

Tout cela me donne encore l’impression d’un OS crée par les techniciens pour répondre à une stratégie d’entreprise. Les aspects concernant les usages et les utilisateurs ne ressortent pas clairement. Le tout donne envie de mettre quelques bons coups de serpette dans les IHM pour supprimer tous les petits bidules et se recentrer sur l’usage : « consulter du contenu ».

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

Laisser un commentaire