Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

UX et compétences

Ce matin, je suis tombé sur cette infographie censé représenter l’UX Designer et ses compétences. Hier, j’ai reçu un petit e-mail de quelqu’un qui souhaitait se reconvertir de l’ergonomie orientée santé au travail à l’UX design et elle me demandait quelles compétences elle devait acquérir.

Les compétences

Ça tombe bien car dans le cadre de la formation que j’ai créée avec l’école Multimédia, j’ai dû réfléchir à cette question. J’en ai tiré la liste suivante :

Recherche Utilisateur

  • Analyse des usages, des besoins
  • Tests avec les Utilisateurs, et autres méthodologies impliquant les utilisateurs
  • Audit et autres méthodologies sans utilisateurs
  • Prise en compte du Facteur Humain et psychologie cognitive
  • Méthodologie UX (Persona, Expérience map, Scénario d’usage)
  • Cohérence de la démarche UX

Conception

  • Méthodologies de conception (Atelier, Gamestorming, Design thinking)
  • Architecture de l’information
  • Web
  • Mobile
  • WIMP
  • Autre Guidelines (objet connecté)
  • Conception multi-device
  • Qualité Web
  • Maquettage, Wireframing et outils de prototypage
  • Graphisme (Lisibilité, grilles, typo)

Communication

  • Présentation orale
  • Qualités des Livrables
  • Travail en équipe

Cette liste n’est pas forcément gravé dans le marbre. Comme c’est dans le cadre formel d’un enseignement qui délivre un diplôme ce n’est pas nécessairement la réalité en termes d’enseignement. En effet, le but est plus de transmettre des savoir-faire que remplir des cases dans une liste. Après comme souvent, je préfère définir les personnes par ce qu’elles font plus que par leur titre.

Le profil type de l’UX designer ?

Pour en revenir à l’infographie, elle me parait bien sur un peu caricaturale. Alors non, il n’y a pas besoin d’être barbu pour faire de l’UX. D’ailleurs l’UX est un métier où la mixité est bien présente.

Non, il ne faut pas être « digital native » même s’il faut savoir se servir de ses 10 doigts. Il faut par contre avoir une bonne maîtrise des outils informatiques (et pas seulement de Facebook !).

L’aspect scientifique, hypothético-déductif est essentiel dans l’UX, car on va souvent partir de traces de l’activité pour en tirer des conclusions. L’UX designer va se poser des questions, faire des hypothèses, les confirmer ou les infirmer pour les concrétiser sous la forme d’Interface Humain Machine.

L’utilisateur et son activité sont centraux dans la conception, donc des connaissances en facteur humain et en psychologie cognitive sont essentiel. « Compréhensif et empathique » ne sont pas des compétences, de toute manière il ne faut pas être dans l’empathie. On n’est pas là pour écouter les gens s’épancher sur leurs émotions ou leurs problèmes, comme on le ferait avec un ami. Il faut être bienveillant, mais aussi savoir prendre du recul par rapport aux demandes ou aux comportements des utilisateurs. Certains parleront de design émotionnel ou emphatique, oui, mais c’est le résultat de la conception et non des caractéristiques du concepteur.

Croire que l’UX Designer est créatif ou innovant, comme s’il sortait des idées du chapeau, qu’il serait une antenne à capter les idées géniales, c’est se tromper lourdement. Les idées les plus innovantes en UX sont le fruit d’un long travail de réflexion, d’affinage de la conception et de remise en question du travail déjà réalisé. Ces innovations sont d’ailleurs en grande partie invisible.

Je vous conseille de lire aussi cette article sur la (non) définition de l’UX parmi les professionnels. Et je suis preneur de vos retours sur la liste des compétences.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

5 commentaires Ecrire un commentaire

  1. C’est marrant cette infographie avec l’UX Designer type qui est un digital native hipster barbu à lunettes 🙂
    Enfin … marrant ou affligeant, j’hésite.

    Répondre

  2. Raah ce besoin de mettre du digital partout et des petites étoiles pour les compétences 🙁
    Par contre les salaires on est d’accord que c’est du brut ? J’avoue que c’est un peu cliché, le « où exercer » avec agence créative ou entreprise innovante. Certes, mais dans n’importe quelle agence web ça marche très bien aussi, pas besoin d’être innovant pour proposer une expérience agréable à ses utilisateurs (enfin, j’espère) ?

    Répondre

  3. Pour les salaires, ça me parait assez bizarre, je ne sais pas d’où sorte les chiffres. Le salaire junior est peut être un fort, mais le salaire senior me parait au contraire sous-estimé en particulier en cette période ou la demande est plus forte que l’offre.

    Et oui, le plus gros employeur d’UX designer en France, ça doit être Orange… Directement ou indirectement ! Et de grosses entreprises montent de plus en compétence sur ce sujet. J’aurai presque tendance à dire que l’avenir de l’UX est dans les logiciels métiers qui sont vraiment en retard, mais avec des vrais budgets.

    Répondre

  4. Je trouve cette description pertinente et à diffuser auprès de pas mal d’entreprises et agences qui pensent encore que l’UX est une personne qui fait de belles maquettes, est dans la tête des utilisateurs sans les consulter et sait coder …
    Par contre, pour les salaire, je trouve que c’est une question très compliquée dans cette profession … Les chiffres sont très changeant d’une étude à l’autre et sont très éloignés de la réalité des offres d’emploi que j’ai pu consulter…

    Répondre

    • Vous pouvez aussi consulter l’article sur le modèle en T des compétences, qui est plus précis. Sur les salaires c’est effectivement très variable, tout en sachant que les UX designers compétents sont largement moins nombreux que les offres de postes.

Laisser un commentaire

cebdc2c63150a4ee96da8eaa8d752f67TTTTTTTTTTTTTTTTTT