Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

WIF 2012, en direct de Limoges

Je suis actuellement à Limoges pour le WIF 2012 où j’anime un atelier cet après-midi 17h30.

J’ai déjà eu l’occasion d’assister à plusieurs conférences, notamment ce matin avec Nicolas Nova qui nous a présenté son approche du design d’interaction basé sur la compréhension des utilisateurs.

WIF 2012

Hier, Yves Rinato, nous a parlé d’affordance et je me suis permis de l’embéter un peu avec la notion de catachrèse qui est très liée !

WIF 2012

Des questions sont intéressantes sont apparues à la suite de ces conférences notamment sur l’innovation de rupture. Est-elle possible dans le cadre d’une démarche UX vu que l’on part de l’usage existant ? Cela rejoint une réflexion que j’avais eue sur le sujet, il y a quelque temps déja…

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

2 commentaires Ecrire un commentaire

  1. Pour faire de l’innovation en rupture, c’est très facile : il suffit de faire quelque chose en accord avec l’usage 😉
    Plus sérieusement, on remarque que cela vient du fait que quelqu’un a réussi à croiser une possibilité technique qui devient abordable avec un besoin réel, un manque dans l’usage. Petits exemples :
    Palm Pilot 1996 : Synchronisation à chaud. Plus besoin d’éteindre l’ordinateur et le PDA avant de les connecter puis de les redémarrer, de les synchroniser « à la main », puis de les éteindre avant de les déconnecter pour enfin les rallumer !
    iPod 2001 : On reprend la même chose mais plus vite. En passant de 4 Mb/s (usb) à 400 Mb/s (firewire), basculer un CD sur le baladeur ne prend plus de longues minutes mais quelques secondes.
    iPhone 2007 : l’écran capacitif permet de glisser au doigt. Donc plus de stylet, donc des objets interactifs plus gros (beaucoup plus gros), donc un nombre de possibilités à l’écran moins important (beaucoup moins important), donc plus simple (beaucoup plus simple;), donc un système destiné au grand public… enfin (Windows Phone me semble d’ailleurs encore plus simple, plus dépouillé).

    Evidemment, il ne s’agit que d’exemples et ces dispositifs intégraient en fait plusieurs nouveautés techniques qui servaient l’usage. Mais je vois bien ce croisement délicat, percevoir dans un élément technique qui arrive à maturité économique une réponse à un problème d’usage avéré.

    Répondre

    • Oui, mais dans ces cas il n’y a pas vraiment de ruptures. C’est plus de la maturation, il « suffit » d’attendre que le fruit soit mur pour le cueillir, avant il sera vert comme un « Newton » après il sera blet comme… Heu, je vais être mauvaise langue.

Laisser un commentaire

603feb6490dd53fe6d64245f24a62756FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF