Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Le guidelines, la charte ou le guide de conception, concevoir pour la TV.

Nous avons commencé à évoquer l’IHM, en faisant le lien avec la télécommande. La télévision à la particularité de ne pas disposer d’OS (Système d’exploitation) affichant l’interface graphique. Sur les STB (les box TV) et les TV connectées, c’est un simple navigateur qui affiche les interfaces. Les constructeurs ne proposent donc rien en termes de GUI (Guidelines for User Interface , guide l’interface utilisateur). Il est donc nécessaire de le créer.

Petite parathèse, sur Windows, Mac OS X, iPhone, Symbian, et quelques autres les GUI existent. Ils sont faits par les « constructeurs ». Respectez-les !

Un guidelines ou rien !

Un point trop souvent négligé lors de la conception est l’écriture d’un document de référence. Vous pouvez appeler cela un GUI, une charte ergonomique, un guide de conception… comme vous voulez ! L’idée c’est d’avoir un document fonctionnel permettant à toutes les personnes travaillant sur le projet de parler la même langue. Quand nous disons « fonctionnel », ça veut dire que ce document doit pouvoir être utilisé aussi bien par les développeurs, le marketing, que par le graphiste et le nouvel ergonome fraîchement sorti de son master.

Concrètement un guidelines, ça sert à quoi ? A bien des choses, mais principalement à simplifier la vie du projet :

  • A avoir des services cohérents et homogènes même s’ils sont conçus par des personnes différentes.
  • A communiquer avec l’ensemble des personnes travaillant sur le projet, du sous-traitant au grand chef. Le rôle pédagogique du guidelines est important. Il raconte la démarche.
  • A standardiser les interfaces, avec des modèles d’écrans. Cela réduit considérablement le travail de toute la chaîne de production. L’utilisateur s’y retrouve aussi plus facilement.
  • Cela permet de centraliser un certain nombre d’informations que vous n’êtes plus alors obligé de répéter dans chacun des documents, à chaque réunion.
  • Cela aussi permet de caler les tables, les vidéos projecteurs et plein d’autres choses !

Et un bon guide de conception, ça se construit comment ?

Pour créer un guide de conception, nous devons partir des fondements les plus théoriques, pour aboutir aux aspects les plus pratiques. De nombreux détails seront ajoutés lors de la conception des premiers services afin de mieux répondre aux besoins de conceptions. Mais pour que le document soit utilisé, il faut le présenter, à l’inverse, en allant du plus pratique au plus théorique.

Nous retrouverons donc dans ce document les points suivants :

  • Les grands principes et choix de conception. Exemple : L’interface est de type hiérarchique.
  • Les aspects transverses : Les éléments toujours présents (titre et pied de page), la plasticité (comment passer du format 4/3 à 16/9 ?), la lisibilité des textes, les couleurs,…
  • Les différents types d’écrans : les écrans principaux (arborescence, contenu), les dialogues, les messages, les menus,…
  • Les procédures transverses : identification, paiement, recherche, tunnel,…
  • Les différents types de services : simple, avancé, complexe, widget…
  • Une FAQ, avec les questions ou les points qui ont besoins d’être précisé.
  • Un rappel des usages, de l’activité et si nécessaire des fondements théoriques. Exemple : l’attitude relâchée des utilisateurs devant la télévision.

Le document doit donc être fortement illustré, agréable à lire, à feuilleter. Typiquement, une présentation Power-point ne convient pas. Il faut un document imprimable, avec un sommaire, une mise en page en portrait, un chapitrage, des illustrations précises et exactes, voir un index. Pour donner une idée, un tel document pour définir l’interface sur la télévision chez Orange fait une centaine de pages, mais se lit en deux heures.

Un exemple de charte.

Nous vous proposons, ici, un exemple d’une charte ergonomique. Cette charte ne concerne pas la Télévision, mais le WAP et date de plusieurs années. Nous l’avons réalisé dans le cadre d’un projet sur une application Web. Une déclinaison pour le WAP était à l’étude.

Cette mini-charte a le très gros avantage de résumer en quatre pages ce que peut être un guide de conception ; un mélange de directives concrètes et d’informations sur le contexte. Cliquez sur les images pour les afficher en grand.

Mini charte ergonomique Wap, page 1/4

Mini charte ergonomique Wap, page 2/4

Mini charte ergonomique Wap, page 3/4

Mini charte ergonomique Wap, page 4/4

Vous pouvez retrouver des guidelines plus complet comme celui d’Apple pour l’iphone (PDF).

En conclusion.

C’est assez simple, si vous voulez gagner du temps sur un projet, prenez le temps d’écrire un document de référence bien construit. La rédaction d’un tel document permet de construire des métaconnaissances sur le travail en cours et donc de « sortir le nez du guidon ». Vous vous rendrez compte que plusieurs personnes travaillant sur des parties très différentes, à des stades différents du projet ont souvent les mêmes questions.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

Laisser un commentaire

56b49130bc3655c43cd5701a79a9ccc0wwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwww