Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

L’effet Janis en action, où quand la préservation du groupe prime sur la réalité.

Vous ne connaissez probablement pas l’effet Janis, mais vous en vivez les conséquences depuis 15 jours. L’effet Janis, du nom du chercheur qui l’a mis en évidence, aussi appelé pensée de groupe, est défini de la manière suivante :

« L’effet Janis tendrait à se constituer lorsqu’un groupe vise à établir un consensus sur la solution la plus acceptable pour sauvegarder la cohésion du groupe et éviter les discussions susceptibles d’être sources de conflit. Un certain climat de complicité cherche à s’instaurer dans le groupe. Les membres évitent de prendre des initiatives ou de suggérer des contre-hypothèses. La solution préférée initialement par le groupe est soutenue de façon sélective. Le groupe aveuglé par ses préjugés est victime de l’esprit de corps qui tend à étouffer toute pensée critique indépendante. »

Donc M Irving Janis a étudié diverses décisions politico-militaires des états unis, comme la baie des cochons ou Pearl Harbor. Il a en déduis certaines  conditions qui conduisent à ces échecs.

Vous commencez à me voir venir ? Alors c’est quoi ces conditions ? Et appliquer à la crise actuelle ça donne quoi ?
Il y a 5 conditions qui prédisposent à cet effet :

  • la cohésion élevée du groupe ; Oui, je vous parle du gouvernement et dans une moindre mesure de la haute administration sortie du même moule.
  • l’isolement par rapport au corps social ou à d’autres groupes ; 1 an et demi de manifestations de Gilets jaunes et de soignants réprimées dans le sang.
  • l’absence de définition de la méthode dans le travail du groupe ; Je ne sais pas.
  • le leadership très directif ; Système présidentiel
  • la situation globale anxiogène et stressante ; Oui

Il y a 2 symptômes principaux qui émergent :

  • l’illusion collective : illusions de moralité, de rationalité, d’unanimité et d’invulnérabilité du groupe : “Edouard Philippe : “Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur les mesures de confinement” ” https://twitter.com/LeHuffPost/status/1243951627817680896
  • la censure collective qui s’applique à soi-même et aux autres. Idem, voir aussi le témoignage d’Agnès Buzin dans le monde du 17 mars à confronter à ses propos publics en janvier et février.

Et il y 4 caractéristiques qui signent les décisions prises par effet « Janis » :

  • la pauvreté de l’information recherchée ;
  • les biais et les distorsions dans le traitement de l’information et la définition des objectifs ;
  • l’absence de prise en compte des risques potentiels que la décision comporte ;
  • le manque de recherche d’alternatives logiques et cohérentes.

Sur ces 4 derniers points je conseille la lecture de cet article : Savoir et prévoir Première chronologie de l’émergence du Covid-19 qui retrace les informations disponibles et leur calendrier et je vous rappel l’article du Monde rapportant le propos d’Agnès Buzin .
Maintenant je vous laisse juger les différentes décisions prises par le gouvernement au regard de ces critères, notamment le maintien des élections municipales, plus en amont la dégradation du système de santé ou par la suite la loi sur l’état d’urgence sanitaire. Et il ne faut pas croire que l’effet Janis s’arrête par magie quand la catastrophe arrive. Il peut persister longtemps après.

Sources :
La pensée de groupe Wikipédia
– La psychologie des groupes – Alain Blanchet Alain Trognon – Nathan Université

Auteur :

Lead UX designer en Freelance depuis le dernier millénaire ! J'aide à concevoir des services, des applications en étant centré sur l'utilisateur et ses usages.

Ecrire un commentaire

Les champs obligatoires sont signalés * markiert.


Aliquam ut commodo vulputate, elit. Praesent dolor in Phasellus