Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Comment bien choisir son ergonome ou un autre expert UX ?

Le choix d’un prestataire en ergonomie (ou des métiers proches, expert UX : User eXpérience) est souvent un difficile. Le client potentiel, pour de l’ergonomie, manque de repères par rapport à d’autres métiers plus courants. Il y a souvent une méconnaissance de ce que l’ergonome peut faire, de ce qu’on peut lui demander et des difficultés pour évaluer ses compétences. Je vais essayer de répondre à ces différents points.

Bien définir son besoin.

La première étape du processus est de définir ses besoins, ses moyens et son objectif.

  • La cible : A quelle population est destiné votre service ? Grand public, public spécifique (enfant, geek, amateur,…) ou professionnel ?
  • Les contraintes : La sécurité, la performance, la santé au travail, le handicap, …, ou la concurrence ?
  • Les besoins : Vous en êtes où dans le projet ? Au début, il y a tout à faire, en cours, au milieu, le cahier des charges fonctionnel est rédigé, il lui faut une IHM ? Tout est figé, il faut juste que se soit beau ? À la fin, c’est développé, il faut valider ou corriger ?
  • Les moyens : Combien ? Oui en € ou $, en % du budget total ? et combien pour mettre en œuvre les modifications ?
  • Les objectifs : Faire plaisir à votre patron ? Améliorer la vie des utilisateurs finaux ? Augmenter vos ventes ? Faire comme Apple ?

Il faut avoir à l’esprit qu’un jour en conception, c’est 10 jours en développement et 100 jours en productions, donc plus l’intervention sera précoce, plus l’impact sera modéré, voir positif sur votre budget. Le rapport 1/10 entre ergonomie et développement est assez réaliste. En dessous, l’intervention ne pourra qu’être partielle. Au dessus, il y a beaucoup de chose à faire de pertinent mais pas tout !

Il faut rester vigilant et cohérent sur le ratio entre les moyens engagés et les objectifs. Un exemple classique de surcoût est l’utilisation l’eye tracking pour des tests utilisateurs. Un enregistrement vidéo suffit largement dans bien des cas, associé à une variable mesurable comme la réussite ou non de la tâche. A l’inverse, l’ergonome ne fait pas de la magie. Rédiger des spécifications détaillées des interfaces ; cela prend du temps !

Evaluer la compétence du prestataire ?

Et la faire correspondre à vos besoins, à vos moyens. Pour simplifier, on va parler de trois niveaux de compétences :

  • Le junior (0 à 2 ans d’expérience) : Chaire fraîche, juste sorti d’école, vendu par pack de dix dans toutes les bonnes SSII, avec deux gratuits en promo ! Au moins pas de déception, il est bon à rien, mauvais à tout ! Plus sérieusement, un novice reste un novice. Il doit être encadré par une personne plus expérimentée en ergonomie comme ailleurs. Avec un peu de chance vous tombez sur quelqu’un qui comprend vite, bien qui va rapidement monter en compétence.
  • Le « cadet » (3 à 7 ans) : Un bon commercial vous le vendra comme au prix d’un senior. Pour moi, un cadet doit avoir du pays ! Il doit avoir travaillé sur au moins deux types d’interface (web, Windows, mobile, wap, TV, dédiée,…) destinées à des professionnels ou du grand public. Il est surtout suffisamment expérimenté pour travailler de manière autonome.
  • Le senior (+ de 8 ans) : Là, il faut savoir que ça ne court pas les rues. Une forte proportion d’ergonomes ont pour évolution de carrière de devenir chef de projet, de produit, donc après quelques années sortent du circuit. Les plus du senior ? Je dirai « heuristique » et « méta-connaissance », ce qui se traduit en français par :
    • Une capacité à faire vite et bien, en éliminant d’office toutes les solutions bancales.
    • Une capacité à s’adapter aux situations nouvelles et à créer de nouveaux référentiels, de nouvelles IHM de A à Z.

Il faut aussi noter la présence de personnes hyperspécialisées dans certains domaines comme l’aéronautique, le contrôle aérien/ferroviaire, la conduite de processus à risque (centrale nucléaire,…).

Pour le prix, je vous renvoie à l’étude sur le marché de l’ergonomie qui précise cela, avec une fourchette de prix de 450 à 1500 € HT/jour.

Ergonome, designer d’interaction, infographiste ou autres ?

Quelle différence entre un ergonome, un designer d’interaction et un infographiste ? Chacun à ces domaines de prédilection, l’ergonome va plus se centrer sur le facteur humain, le designer sur l’interface et la mise en production et l’infographiste sur les aspects esthétiques.

  • En ergonomie, on va trouver des prestations spécifiques comme l’analyse de l’activité, l’expérimentation ou les tests utilisateurs.
  • Le design se proposera de mettre en place l’interface avec une connaissance technique des IHM (CSS, Flash,…) , sans oublier l’esthétique et les usages.
  • Le graphisme se centrera sur les aspects esthétiques.

D’autres métiers, d’autres appellations tournent autour de ces métiers entre facteur humain, marketing, usage, esthétique, conception, technique : architecte de l’information, concepteur d’ihm, webdesigner, directeur artistique. La liste n’est pas exclusives et le diplôme ne fait pas nécessairement la compétence. Je conseille de lire à ce sujet « les métiers du design numérique » publié par les designers interactifs.

Quelques exemples :

  • Pour un projet avec des utilisateurs professionnels, un ergonome sera le plus compétent pour comprendre l’activité et concevoir l’IHM, et il peut s’associer avec un graphiste pour dessiner les éléments d’interfaces comme les icônes.
  • Sur un site de publication en ligne, un designer d’interaction aura les compétences pour gérer l’essentiel de la conception. Un ergonome pourra intervenir pour des tests utilisateurs afin d’affiner certaines problématiques.

Le budget ? Le temps ?

L’ergonomie et la conception d’interface, ça demande du temps et donc de l’argent. Ce n’est pas « juste mettre un bouton là », c’est définir l’utilité de la fonction derrière le bouton dans le contexte d’usage, le libellé, la taille, s’assurer que toutes les fonctions similaires sont présentées de manières cohérentes… Pour un budget inférieur à quelques milliers d’euros, vous n’aurez rien de bien, ne vous faites pas d’illusions.

Je vais vous donner quelques exemples « à titre indicatif », ce sera plus parlant :

  • Une étude sur une base de données en ligne à destination de professionnels : prise en compte de l’existant (documents papiers, prototype), 6 entretiens in situ avec les utilisateurs, expertise et recommandations avec l’illustration en fil de fer des principaux écrans (une douzaine). Livrables : 3 présentations power-point, et un comte rendu des entretiens. 20 jours, 20 000 € HT.
  • La conception et la spécification de l’interface d’un téléphone mobile avec les principaux services (téléphone, messagerie vocale, carnet d’adresse, SMS, calendrier, journal des appels,…) : au final plus de 500 écrans, rédactions des spécifications détaillées des IHM des services, suivi de tests utilisateurs,… 150 jours, plus de 100 000 € HT.
  • Un service de VOD sur la télévision : une soixantaine d’écrans avec des processus spécifiques comme le paiement, story-board, spécifications détaillées des IHM, suivi des réalisations graphiques. 40 jours, 30 à 35 000 € HT.
  • Des tests utilisateurs : préparation des tests, passation d’une dizaine d’utilisateurs, dépouillements et recommandations. 20 jours, 15 à 20 000 € HT.

Le prix et le temps passé sur un projet peuvent ainsi varier assez fortement en fonction des conditions d’exécution. Des activités annexes peuvent être fortement chronophages : réunions avec les différents « participants », suivi des développements, recettes, …

Avec un dessin ?

Pour clarifier les choses, je vous propose un petit schéma !

Choix d'un ergonome

Bon, on reprend…

Pour conclure

Si vous n’avez jamais travaillé avec un ergonome ou un expert UX (User expérience), le plus simple est peut être d’en contacter un ou plusieurs. Je vous conseille de contacter des freelances ou des petites structures qui seront à l’écoute et qui prendront le temps de parler leur métier.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

5 commentaires Ecrire un commentaire

  1. Bravo pour cet article qui a le courage d’aborder quelques questions clefs et d’avancer des chiffres. Je ne suis pas sûr que le schéma soit une « clarification », mais il est esthétique.
    Je me souviens du devis d’une grande société de design américaine qui avait une approche simple : c’est 100 000€ le mois d’intervention et votre projet requiert 4 mois… (avec en plus 1 an d’attente). C’est beau d’être leader parfois…

    Répondre

  2. Bon article qui balaie les questions que se posent les personnes qui s’intéressent au domaine et notamment « combien ça coute ? »

    Répondre

  3. Je ne suis pas persuadé que l’on puisse réduire les compétences de quelqu’un à ses années d’expérience. Dans tout corps de métier (que ce soit un garagiste, un responsable marketing, un enseignant), certaines personnes, même au bout de 10 ans d’expérience, ne valent pas un clou. A contrario, d’autres personnes ont des aptitudes innées sont déjà plus efficaces au bout de 1 ou 2 ans de pratique par rapport à des « seniors ».
    Je ne pense donc pas qu’un spécialiste en ergonomie puisse être évalué par d’autres que par ses pairs, voire plus concrètement par des résultats chiffrés sur ses projets. Non ?

    Répondre

    • On est bien d’accord, il y a toujours des bons et des mauvais ! En dehors de 5 % à chaque extrémité, il y a une progression régulière qui s’acquière par l’expérience.

      Par contre, ces aptitudes ne sont absolument pas innées ! Elles peuvent être acquises rapidement, voir très rapidement par certain, mais ça ne tombe pas du ciel ! Il y a toujours une phase d’apprentissage.

  4. Bonjour, très bon article (et complet), mais je trouve que l’échelle des profils pourrait être un peu enrichie : pour le moment on a « Débutant », « Cadet » et « Senior », et je trouve qu’il faudrait un autre profil intermédiaire.
    Pour le moment ça fait « débutant », « un peu moins débutant » et ensuite « Senior’, un « confirmé » entre « cadet » et « senior » me semble pertinent.

    Répondre

Ecrire un commentaire

Les champs obligatoires sont signalés * markiert.


a659513531f4b507cb6e44548183d7e7llllllllllllllllllllllllllllllll