Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

Supprimer les boutons sociaux, 2 mois après.

Suite à la lecture de l’article de Julien Dubedout, sur le blog de son agence, j’avais supprimé la barre contenant les boutons de partages sur les réseaux sociaux.

Exemples de boutons sociaux

Exemples de boutons sociaux

Je pensai faire ça 15 jours « pour voir ». Et bien comme je n’ai rien vu, j’ai oublié que j’avais supprimé ces boutons. Donc deux mois après, la fréquentation de mon blog continu sa progression régulière.

Fréquentations - semaine 48, suppression des boutons.

Fréquentations – semaine 48, suppression des boutons.

Cela me pose quand même une question. J’ai supprimé une fonction « utilisée », mais visiblement pas « utile » vu que ça marche sans. Alors est ce que mes lecteurs l’utilisaient vraiment ? Ou ils utilisaient de toute manière d’autres moyens pour cela comme ceux présents dans les navigateurs.

Fonction de partage du navigateur

Fonction de partage du navigateur

Cela me rappelle deux cas :

  • Le bouton « précédent » et la navigation dans un site. Il fut une période au siècle dernier (Oui, je fais mon vieux, « Once upon a time » marcherait aussi) où l’on nous demandait de mettre des « retours » sur toutes les pages des sites, avec la conviction que les « gens » n’utilisaient pas le bouton « précédent » et avaient du mal à revenir en arrière. Avec en trame de fond le débat sans fin sur le retour « historique » ou « hiérarchique ». Ce n’est plus d’actualité aujourd’hui, mais pour moi ce n’est pas les « gens » qui ont changé, mais bien les concepteurs qui ont intégré la présence des fonctions du navigateur.
  • La fonction répondre sur les téléphones. Sur une étude d’usages in situ (une sonde placée dans des téléphones), on s’était aperçu que les utilisateurs utilisaient peu la fonction « répondre » à un SMS, mais en réalité ils répondaient quand même en faisant « nouveau » puis en saisissant l’interlocuteur du dernier message reçu.

Ça me pose aussi la question, de certains projets, où l’on veut faire du « réseau social » à tout prix, avec des like, des shares, des tweets & co (la liste peut être longue) en quantité. Comme le dit Julien, ça prend de la place, du poids, du téléchargement, etc… mais est ce bien utile ?

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

6 commentaires Ecrire un commentaire

  1. Complètement d’accord, et en plus cela rompt le design des pages bien souvent.

    Par contre, il y a deux réseaux qui mériteraient peut-être de retrouver leurs icônes car leurs extensions navigateurs (en tout cas pour celui le plus utilisé actuellement : Chrome) manquent d’ergonomie : Pinterest (pour ceux naviguant en plein écran, l’extension est une galère car génère une nouvelle fenêtre au lieu d’un nouvel onglet), et Google+ (l’extension ne permet pas de switcher sur un autre onglet ou même vers une autre application sans perdre tout ce que l’on a déjà écrit lorsque l’on doit s’interrompre en pleine rédaction pour une raison X ou Y).

    Répondre

  2. Très intéressants cet article (comme l’ensemble des articles du blog !).
    J’ai l’impression qu’une part des utilisateurs, lorsqu’ils veulent partager
    une page, font un simple copié-collé de l’url de la page et ne se lancent pas
    sur ces boutons de partage (qui demande souvent de rentrer ses ID, alors
    que le site de partage est déjà ouvert dans un onglet de leur browser web…
    ou que des extensions existent). Du coup, un client, lui, le demandera parce
    que c’est dans l’air du temps de voir sur un site ces boutons de partage…

    Répondre

  3. Il y a également le fait de la non-standardisation de ces boutons qui rend leur utilisation hésitante.
    « Si je clique sur ce bouton, il va se passer quoi, ça m’ouvre une popin ?, ça publie directement ? »
    C’est incertain et à mon avis l’user préférera passer via un process qui maitrise mieux.

    Ces boutons/partage sont souvent également mis pour une raison d’appartenance à un groupe ; « je suis social, moi aussi ». Pour moi ce dernier point est ‘valide’, mais uniquement si derrière il y a une réelle utilisation de ces médias. La mode quoi 🙂

    L’article date de début février, nous sommes fin mai et vous avez remis cette option de partage.
    Y a t’l une raison statistiquement particulière à ce changement ?

    Répondre

    • Pour répondre à votre dernière question, j’ai changer de thème wordpress et j’ai remis les boutons à ce moment là. Pour voir si il y a avait un effet positif, et bien je n’ai pas l’impression pour l’instant. Donc je vais les laisser encore un peu, avant sans doute de refaire une passe sur la présentation de mon blog.

  4. D’ailleurs en parle de nouveau thème WordPress, maintenant, je vois la version mobile par défaut sur mon ordi de bureau.
    Je pense que ta détection mobile / desktop se fait sur une mauvaise base, celle du user agent, c’est un coup classique pour les utilisateurs d’Opera mais toujours pénible.

    Pour ma part, j’ai choisi le thème responsive (il est responsive mais s’est son nom aussi) il est gratuit, régulièrement mise à jours et très simple à utiliser pour créer des childthemes.

    Répondre

Ecrire un commentaire

Les champs obligatoires sont signalés * markiert.


d453e40438acc6da764ceb34cc5a8a2a}}}}}}}}}}}}}}}}}}}}}}