Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

L’évolution du gestionnaire de fichiers ?

Un intéressant article est paru sur le blog de Microsoft au sujet des évolutions du gestionnaire de fichiers sous windows 8. Dans un premier temps il retrace les évolutions depuis les débuts de MS-DOS, jusqu’à la future version de Windows.

Windows 8 is an opportunity to substantially improve the experience for everyone.

Le but est donc d’améliorer l’utilisabilité du gestionnaire de fichiers pour « tout le monde ». C’est intéressant car Apple a déjà eu cette démarche à plusieurs reprises dans l’évolution de Mac OS X, lors du passage justement de Mac OS 9 à Mac OS X et manière plus ou moins récurrente depuis. La dernière version Mac OS X Lion allant d’ailleurs vers une moindre présence de la gestion des fichiers par l’utilisateur aux profits des applications. Mais revenons à Windows 8 !

Gestion de fichiers sous MS-DOS

La démarche utilisée par Microsoft est pertinente, connaître les usages réels puis croisé ces données avec le guidelines Windows.

We wanted to know which of these capabilities customers were really using. Using telemetry data, we were able to answer the question of how the broadest set of customers use Explorer in aggregate.

Ils regardent notamment quelles sont les commandes utilisées et par quels moyens (menu, menu contextuel,…). 10 commandes représentent 81,8 % des fonctions utilisées.

Commandes les plus utilisées dans le gestionnaire de fichiers.

Le guidelines Windows recommande l’utilisation du « ruban » qui est un compromis entre un menu et une barre d’outils, cela donne donc le résultat suivant :

Le ruban présentant les commandes.

Si compare à Mac OS X, en termes de fonctionnalités et d’organisation c’est équivalent. La disposition change car sous Mac OS X le ruban n’existe pas. On a toujours une séparation entre le menu avec la liste compléte des commandes et la barre d’outils avec les commandes les plus fréquentes. Mais globalement, ce n’est pas vraiment plus simple pour « tout le monde ».

Bureau sous Mac OS X

Dans les deux cas le résultat est très propre en terme d’utilisabilité (respect des normes de l’interface) mais on peut se poser la question de l’utilité ? Pourquoi garder les 30 ou 50 autres fonctions alors qu’elles ne servent dans moins de 2 % des cas ? 15 ou 16 commandes couvriraient 93 % des usages.

On s’aperçoit au final qu’au fils des ans le gestionnaire de fichier est passé du statut de « composant du système » à celui d’application à part entière. Du coté, d’Apple le choix va sans doute vers une réduction de l’importance de cette application comme dans iOS au profit d’une utilisation direct des données par les services.

Auteur :

Consultant Freelance en ergonomie et UX depuis 1999 ! Je travaille sur de nombreux supports, des interfaces WIMP à la télévision en passant par les mobiles, le web pour le grand public ou les professionnels.

3 commentaires Ecrire un commentaire

  1. Je ne sais pas mais j’ai trouvé « l’explorateur » de MacOS X complètement non ergonomique et mal foutu.

    Le pire a été de découvrir qu’un copier coller d’une hiérarchie de répertoire vers une autre ne faisait pas une classique fusion des répertoires mais remplaçait les anciens répertoires par les nouveaux.

    Aucun filet de sécurité pour une action si importante 😮

    Déjà comme dit je vois d’ici la fin de MacOS (système d’exploitation standard plutot orienté utilisateur moyen à expérimenté) vers iOS qui sera très pratique pour l’utilisation loisir ou débutant mais je doute que ça convienne aux utilisateurs qui veulent continuer de maitriser leur outil 🙂

    Répondre

  2. Voilà une démarche intéressante 😉
    Cependant, l’essentiel est dans la représentation des données. Sur ce point, Mac OS a toujours été en retrait. La présentation en deux ventaux (dès Windows 3 illustré dans l’article) avec le ventail de gauche qui présente l’arborescence et celui de droite les données associées au nœud sélectionné est la plus performante (toutes les expérimentations que j’ai pu consulter vont dans ce sens). C’est bien une vue qui manque aux personnes qui passent de Windows à MacOS.
    Pour ce qui est des commandes, on voit bien que le menu contextuel et les raccourcis clavier sont les solutions les plus sollicités, ce qui est attendu.

    Enfin, au sujet de la pérennité du gestionnaire de fichiers, il me semble qu’il a une longue vie devant lui. En effet, Mac OS comme Windows ont été conçus pour des professionnels. Certes ces systèmes cherchent à conquérir le grand public, mais ils restent avant tout des systèmes professionnels. IOS, lui, est conçu pour le grand public. Exit le gestionnaire de fichiers. Mais iOS n’aura jamais la puissance d’un Mac OS. Et c’est très bien comme cela. Lorsque les contextes d’usages sont trop différents, les outils ne peuvent qu’être différents.

    A ce sujet, on se souviendra de la métaphore d’Engelbart : Il est plus rapide d’apprendre à faire du tricycle que du vélo. Mais avec un tricycle on ne peut pas aller vite dans les courbes.

    Répondre

Ecrire un commentaire

Les champs obligatoires sont signalés * markiert.


e3e1f78c28eba584c045ef4f17c1de0aFFFFFFFFFFFFFFFFFFF