Rechercher
  • Des usages à la conception et autres
  • digressions autour de l'expérience utilisateur.
Rechercher Menu

8 fausses bonnes idées pour les IHM.

Si il y a une chose qui est récurrente dans le domaine des IHM, c’est les “fausses bonnes” idées. Du “concept innovant” au nouveau “paradigme d’interface” en passant par la bonne idée technique mais catastrophique en termes d’IHM, il y a toujours un gars avec une idée “révolutionnaire”, un concept, un projet d’étude parfois extrêmement sérieux, parfois totalement fantaisiste qui fait le buzz du moment.

Donc je vous propose une petite liste des concepts les plus fréquents.

Rajouter une dimension. 1D vers 2D, 2D vers 3D

Je pense que c’est le grand gagnant de ce concours. J’avais initialement pensé aux interfaces en 3D qui sont des projets récurrents soit pour remplacer le gestionnaire de fichiers sous Windows ou sous Mac OS X. Puis on voit aussi apparaître des interfaces “zoomables” où en réalité une liste de rubriques est présentée en mosaïque, donc sur deux dimensions au lieu d’une seule dimension.

Bureau en 3D

L’ajout d’une dimension rajoute donc une certaine complexité, il est plus simple de naviguer sur une ligne que sur un plan ou dans l’espace. Les utilisateurs l’ont bien compris mais pas encore tous les “concepteurs” qui veulent en faire toujours plus.

La réalité virtuelle.

Ça, c’est le sujet qui fait rêver, par excellence, la réalité virtuelle ! C’est le fantasme de se projeter dans un autre monde où tout est plus beau. Au-delà de l’aspect ludique et démonstratif, qui est effectivement intéressant dans certains cas, la majorité des applications sont inadaptées. L’exemple type ce sont les tentatives de boutiques virtuelles sur le Web. Un utilisateur va t’il s’embêter à “parcourir” un magasin virtuel, alors qu’un simple champ de recherche ou une navigation lui permet d’accéder à ce qu’il veut en quelques clics ?

Le multitouch vertical à la “Minority report”.

Interface futuriste dans le film "Minority report"

Vous imaginez une grande surface verticale servant d’écran, un gars qui s’agite devant, les bras en l’air, poussant des documents, des images, naviguant dans l’information. C’est beau mais c’est du cinéma ! Plus proche de nous, on a vu apparaître ces deux dernières années avec l’arrivé de Windows 7, des écrans de bureaux multitouch.

Le problème est simple : rester plus de quelques secondes les bras à plus de 30° de la verticale et/ou au-dessus du cœur est rapidement fatiguant. Et je ne parle pas des traces de doigts sur l’écran !

La même interface partout.

Proposer les mêmes fonctions et la même IHM sur l’ensemble des supports (Téléphone, Web, Windows, TV,..) est un grand classique que l’on rencontre souvent sur les projets multisupport. Cela est souvent proposé sous couvert d’assurer une cohérence par rapport à l’expérience qu’en aurait l’utilisateur.

C’est oublier simplement que chaque support est utilisé dans conditions très différentes, le téléphone en situation de mobilité, Windows et le Web en situation de “production”, la TV dans une attitude passive. Et donc que chacun a sa propre IHM correspondant à ses contraintes et à ses usages.

La représentation graphique d’un système d’informations.

Je ne parle pas de design d’informations qui est la représentation graphique d’une information particulière.

Mais il existe, par exemple, des moteurs de recherche présentant les résultats sous la forme d’une galaxie de sites. Je parle donc de la génération automatique d’une représentation graphique à partir d’une base de données, d’une recherche sur le Web, d’un gestionnaire de fichiers, ou de tous autres systèmes complexes d’informations.

La limite de la représentation graphique c’est qu’elle a tendance à rajouter de la complexité, à superposer des informations en plus des informations “trop” déjà nombreuses.

Le tout réseau.

Il fut un temps où l’informatique se résumait à un gros ordinateur dans une grande salle et à une série de terminaux se connectant à cet ordinateur. Puis le temps PC, Personnal Computer, vint. Chaque ordinateur tenait sur un bureau, dans un sac, dans une poche. Internet, intranet, les nuages firent leurs apparitions et l’on fit croire que le temps du réseau Roi était arrivé !

Et bien non, les temps de réponses sur les réseaux sont toujours réellement plus longs que les temps de réponses en local ! Votre application locale sera toujours plus performante que celle émulé par trois couches de logiciels et de réseaux. Et l’ergonomie dans tout cela ? Et bien votre cerveau, lui, il est en local (du moins en temps normal !). Et en l’absence de psychotropes, Il fonctionne à plein régime en permanence. Alors à partir d’un dixième de seconde de délais, il perçoit que la réponse n’est pas immédiate et il commence à attendre, au bout d’une ou deux secondes, il passe à autre chose. Cela rompt la fluidité du processus cognitif et ralenti l’usage.

Donc, oui, peu importe où sont les données et l’application mais synchronisées le tout en local avant de les lancer.

La couche de peinture sur un concept ancien.

C’est plus rare comme fausse bonne idée et il faut une certaine culture des IHM pour les détecter. Le principe est simple : prendre un concept ancien et mettre par-dessus une couche de graphisme ou de design, rajouter quelques effets transitions, en faire une vidéo, une présentation. L’auteur n’est d’ailleurs pas souvent conscient qu’il reprend un concept et en toute bonne foi, il le trouve très innovant sauf que c’était innovant il y a 10 ou 20 ans et que depuis on est passé à autre chose de plus efficient.

La réalité augmentée.

La réalité augmentée consiste à afficher des informations par-dessus un environnement réel en lien avec celui-ci. Il existe de nombreux essais de recherche sur le sujet dans différents domaines (armées, transports,…) et quelques applications grand public. La difficulté majeure de la réalité augmentée, c’est qu’elle apporte de l’information là ou il y en a déjà beaucoup (trop). Donc c’est ludique, mais à l’usage c’est envahissant. Une vue simplifiée faisant ressortir l’information pertinente est alors plus adaptée.

Mais la réalité augmentée a sans doute un réel intérêt dans des domaines très spécialisés.

Pour conclure.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais c’est qu’on rencontre le plus couramment. Si vous en avez d’autres je suis preneur !

Auteur :

Lead UX designer en Freelance depuis le dernier millénaire ! J'aide à concevoir des services, des applications en étant centré sur l'utilisateur et ses usages.

15 commentaires Ecrire un commentaire

    Ecrire un commentaire

    Les champs obligatoires sont signalés * markiert.


    suscipit ultricies nec Phasellus justo risus. elit. elementum dolor Donec ut